MANIFESTIMENTAIRE
Dédé la crevure s'engage

dedeIl est de retour après 50 ans de disparition pratiquement totale, il revient guillotinant le cou des belles, se glissant honteusement tel un mollusque visqueux et vampirisant, il est revenu se parant de pois, de strass, de dentelles, il est le napperon jaunâtre sur le guéridon de noyer cachant les marqueteries d’acajou et de citronnier.
Il s’est installé fier et insultant, le col Claudine est de retour.
Il survivait dans les derniers retranchements d’une société bourgeoise qui est à la mode ce qu’Herbert Léonard est à la chanson... Ah l’affront, ah l’enfer, la vision d’horreur, l’ignominie dictée dans les couloirs de la Fashion Week par une poignée de précieux mi-embaumés, mi-botoxés se laissant lécher les sutures d’un nez fraîchement refait pas des chihuahuas en culotte jacquard.
Réveille-toi peuple de France, gronde, insurge-toi, mets des cols en « v » !
Ces cols en « v » un peu larges qui découvrent les bustes et plongent en délicate flèche vers le corps féminin. Alors que le col Claudine sent la naphtaline, le renfermé, la chasteté, le col en « v », lui, respire, il sent bon la liberté, l’aisance du mouvement, il laisse libre le cou, ce pont entre le corps et l’esprit.
Mesdames, soyez libres, n’obéissez pas aux diktats ! Et si, par malheur, vous disposez, dans vos armoires de cette insulte à l’habit, prenez des ciseaux, car mieux vaut le « v » de victoire que le « c » de cruche !
Dédé la crevure

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des TAP à Chuyer pour s'initier à la réalisation de film d'animation
On voit tout sur télé d'ici !

Conférence articulée : La gouvernance participative
On voit tout sur télé d'ici !