Retour sur…

hiver nomadeLe film «Hiver Nomade», un documentaire transalpin réalisé par Manuel von Stürler, a donné lieu à une projection au CinéPilat de Pélussin, suivie de débats avec des acteurs locaux.

Ce film est avant tout un hommage. Hommage à dame Nature, hommage aux femmes et aux hommes qui tentent de donner du sens à des pratiques ancestrales ou essayent simplement, modestement, de comprendre comment vivre en interaction avec des animaux et comment le cycle vital pourra se perpétuer.

Trois ânes, huit cents moutons, quatre chiens, un homme et une femme, telle est l’équation de ce documentaire qui se met au pas d’une transhumance hivernale à travers une Suisse domestiquée. C’est une ode, au sens littéraire du terme : un film au goût de poème romantique célébrant des personnages, des animaux, un événement ; c’est une épopée, celle d’un métier, d’une vie « qui se perd ».

Tout à fait dépaysant, Hiver Nomade décrit le nomadisme de la vie de berger, activité en déclin peu prisée des jeunes, sa rudesse autant que ses bonheurs.

C’est un portrait de travailleurs négligés par notre époque, pourtant tellement impliqués dans le paysage que nous n’en avons pas conscience. Un berger peut remplir nos assiettes tout autant que façonner un paysage… loin de nos préoccupations quotidiennes : mais d’où provient ce que nous mangeons ?

Question à la mode ! À la mode depuis trop longtemps. Hiver Nomade n’a pas pour but de répondre à ce type de question. En sortant de la projection et avec un peu de recul on se pose pourtant des milliers de questions.

Eh oui, c’est là que le bât blesse, à la fin de la fable le mouton qui a bien vécu est mangé. Cela semble bien dur pour les spectateurs habitués à une belle fin où le héros rentre chez lui, riche, après avoir tué tous les méchants puis épousé le premier rôle féminin. Mais non, la vie n’est peut être pas toujours comme à la télé ou au cinéma. On peut vivre quatre mois dans le froid sous une toile de tente avec le minimum de nourriture et d’hygiène. Le pastoralisme, ses rythmes, ses coutumes sont d’un temps dont on s’affranchit aujourd’hui. Hiver Nomade nous remet avant tout les pieds sur terre… mais n’oublie pas de nous faire rêver…

Le débat qui a suivi a permis au public nombreux d’en savoir un peu plus à la fois sur le métier de berger (dans le Pilat !) ainsi que sur ses contributions à l’entretien et à la sauvegarde des paysages.

La famille Cote, père et fils, éleveur ovins à la Terrasse-sur-Dorlay, nous ont présenté leur activité en détail, leur motivation, leurs contraintes grandissantes. Ils nous ont surtout fait partager une partie de leur passion.

Deux personnes du parc du Pilat étaient aussi présentes pour nous exposer la démarche mise en place depuis de nombreuses années avec l’éleveur ainsi que la contribution et le bénéfice d’un travail commun portant sur la sauvegarde du patrimoine. Au travers de l’intérêt écologique, agricultural, social que revêt la présence d’animaux dans le Pilat, on cerne bien tous les avantages d’une telle présence pastorale.

Une estive de juin à août permet au troupeau de moutons de la Terrasse–sur-Dorlay de monter pâturer sur les crêts du Pilat. Accompagné par de vaillants et fidèles chiens de bergers, les moutons offrent leur contribution saisonnière tout en préparant leur réserves pour l’hiver. Vous pourrez croiser le troupeau au détour de vos balades sur les sentiers balisés jalonnant les crêts.

M. Cote a aussi pu détailler le système d’élevage et les débouchés de la filière ovine malgré les préoccupations croissantes liés au « marché de la viande d’agneau », à l’abattage des animaux, aux normes et tracasseries administratives en tout genre. n

Rove

Commentaires   

0 #1 ZVUNKA 21-05-2013 16:35
A LA TERRASSE SUR D'OLEY
Samedi 8 juin 2013 - Concerts / spectacles

Les festivités débuteront devant l'école de la Terrasse sur Dorlay.
17h30 : pièce de théâtre avec la compagnie Scenarisk - gratuit
19h00 : repas issu de producteurs locaux (10 €) sur la place du village
20h00 : ouverture des portes
Entrée : 12 € sur place / 10 € en prévente (gratuit pour les moins de 10 ans)
Proramme complet festival festimout, c'est ici:
festimout.org/

Dimanche 9 juin 2013 - Transhumance / spectacles
Dès 7h30 petit déjeuner en musique et déambulation d'échassiers sur la place du village.
8h30 : passage du troupeau dans le bourg.
10h00 : casse-croûte au collet de Doizieux.
12h15 : arrivée à l'Hôtel Brulé (CHAUX D'EGALLET) Buvette et repas de producteurs (10€) sous chapiteau vous attendent.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir