UN PÉRIPLE À VÉLO SOLAIRE
... de Saint Étienne à Astana(Kazakhstan).

velo solaire01

Pourquoi se lance-t-on dans un tel voyage ?
Plusieurs raisons m’ont poussé à réaliser cette aventure de 9 semaines. Il y avait l’attrait de la distance, environ 6 000 km, de la rencontre de l’autre et de nouvelles cultures. J’étais aussi intéressé par l’expérience d’un périple solitaire en autonomie et par l’aspect technologique de cette embarcation innovante. Enfin, le soutien des partenaires qui ont cru dans mon projet, associations, collectivités, entreprises, établissements scolaires, m’a beaucoup motivé. J’ajouterais que j’espérais susciter une réflexion plus large sur la mobilité.

Comment décrire votre moyen de locomotion ?
Il s’agit d’un vélo solaire qui, au départ, est un simple vélo auquel on a ajouté des panneaux solaires photovoltaïques installés sur une remorque, ainsi qu’une batterie et une assistance motorisée. L’ensemble est à gérer au mieux en fonction du relief, de la météo et du poids de l’embarcation.

Au terme des neuf semaines de voyage à vélo, comment perçoit-on la question de la mobilité ?
velo solaire02Quand nous nous déplaçons avec nos solutions rapides, il s’agit bien de rejoindre un point à un autre et, souvent, en un minimum de temps. Eh bien, voyager à vélo, c’est au contraire recevoir avec plaisir tout ce qui se présente entre un départ et une arrivée.
Durant ce voyage, j’ai été confronté à la réalité des transports intensifs : je me suis retrouvé sur de grands axes de circulation sans fin, j’ai « mangé » du camion et de la bagnole ! Et je n’ai rencontré que quelques rares vélos. Contraste saisissant !
Le but et le sens du voyage sont bien, pour moi cycliste, dans la façon de voyager et non ce qu’il y a au bout d’un temps de déplacement.
J’ai traversé des régions montagneuses, des plaines désertiques, où la vitesse n’a pas vraiment de place. Nous vivions au temps de la palabre... Et j’ai perçu combien la notion de vitesse est quelque chose de totalement inhérent à la culture de nos pays développés. Pourtant, combien le voyage devient riche et prend du sens lorsqu’il s’inscrit dans le temps ! Le temps de la rencontre, de l’échange, de l’écoute et de la découverte...
Témoignage de Marc Charroin

L'an dernier, nous avions essayé de suivre Marc durant son périple. Pas simple... voir les articles ici: http://lapiedupilat.fr/fr1/index.php/societe/portrait/chuyard

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir