eolienne

La ferme de Christian et Patricia Garde est située sur les hauteurs de Condrieu et, si les gens s’arrêtent devant leur exploitation, ce n’est pas seulement pour admirer les chèvres. Ils lèvent aussi le nez sur un mât de douze mètres de haut qui porte une éolienne.

« Installer l’éolienne n’a pas été simple. On avait reçu une première machine, mais elle est tombée en panne et la société qui nous l’avait vendue a fait faillite ». Heureusement qu’il en faut bien plus pour dissuader M. Garde de monter son éolienne. « Dans le métier d’éleveur, on est très gourmand en électricité : les machines pour la traite, celle pour faire la farine, l’armoire à séchage… Il faut bien trouver quelque chose pour que notre électricité ne vienne pas que des centrales nucléaires. »
Un an après les premières démarches, il contacte une entreprise française basée en Vendée, Eolys, qui fabrique et installe ses propres machines. En octobre 2010, un aérogénérateur de 12 kWh est installé sur le premier mât, seul vestige de sa précédente expérience. Eolys assure la maintenance de l’éolienne, soit en se déplaçant sur le site, soit en récupérant via Internet les données enregistrées par la machine. Tout est piloté par des automates reliés à des capteurs, le propriétaire n’a presque rien à faire. Si le vent est inférieur à 15 km/h ou s’il dépasse les 70 km/h, l’éolienne est mise à l’arrêt. Trop de vent : on risque la casse. Pas assez de vent : l’éolienne consomme plus d’électricité qu’elle n’en produit.
Les suspicieux sont éconduits
mr gardeOn le sait, les préjugés ont la dent dure. Les gens qui s’arrêtent chez la famille Garde se demandent comment ils font pour dormir tant le bruit des pâles doit être perturbant. Alors que non. Pas un bruit. Aucune plainte du voisinage. Et les oiseaux ? Certains s’attendaient à les retrouver coupés en rondelles au pied du mât. « Alors j’ai installé un barbecue, explique monsieur Garde avec humour, mais rien n’est tombé du ciel, j’ai dû apporter mon propre poulet ! C’est comme pour les chauves-souris, il y en avait avant, et elles sont restées. Ça en étonne certains. Quant à notre production de lait, rien n’a changé. L’éolienne n’apporte pas de nuisance, les gens racontent vraiment n’importe quoi ! »
M. Garde a conscience qu’une éolienne « ça s’impose dans le paysage. Pourtant, personne n’a rien dit quand ils ont installé le pylône de télécommunication, qui culmine à 30 mètres. Moi, ce n’est pas un totem que j’ai installé, c’est de quoi produire de l’électricité ».
Avant d’installer son éolienne, Christian Garde a voulu être sûr pour le bruit. Un soir, il est allé avec sa famille faire un tour au pied des grandes éoliennes qui dominent l’A7 au col du Grand Bœuf. « Elles tournent doucement, 15 tours par minute en moyenne, le bruit généré est donc très faible. Notre éolienne peut aller jusqu’à 150 tours par minute, ça peut donc être un peu plus bruyant. Les petites éoliennes installées sur les toits des maisons sont les plus gênantes, elles tournent très vite et les vibrations transmises au bâtiment sont pénibles. Quand on me demande mon avis, je déconseille toujours aux gens d’installer ce genre de machine. Il faut mettre l’éolienne sur un mât. »
Les vendeurs de vent
Fort de son expérience, Christian Garde répond volontiers aux questions des curieux et des intéressés par l’éolien : « Je ne leur cache pas que l’investissement est très lourd, 45 000 euros, même si la Région nous a aidés, c’est vraiment cher par rapport à ce que produit l’éolienne. Les prix sont multipliés par deux ou trois en raison du crédit d’impôt. Tout ce qui est écologique, c’est du business ! Et puis les marchands sont des filous, ils ne présentent que les avantages de l’éolien, pas ses inconvénients ».
eolienneChristian Garde a fait partie de ceux qui ont été grugés par l’entreprise France Éolienne, une PME spécialisée dans l’éolien pour les particuliers. Installant des machines peu fiables, l’entreprise n’a pas pu faire face au mécontentement de ses clients et a fermé la porte en 2009. « Le boom de l’éolien a fait badaboum, regrette M. Garde. Cette histoire a démotivé beaucoup de monde. Ça a créé un impact très négatif. Il n’y a d’avenir pour le petit éolien que si les installateurs se comportent en vrais professionnels. »
Rentabilité à très long terme ?
Christian Garde est un convaincu de l’énergie verte et il tenait à produire sa propre électricité. Il a hésité un temps avec le photovoltaïque, qu’il a vite laissé tomber car aucun installateur ne lui permettait d’utiliser sa production : tout devait repartir sur le réseau.  Il optera donc pour l’éolien.
Aujourd’hui, Christian Garde a une position assez mitigée. Il regrette que son mât ne soit pas plus élevé : « Montée sur un mât de 25 mètres, l’éolienne produirait jusqu’à un tiers de plus. Ici, les vents ne sont pas assez réguliers, le relief est perturbant. »
« On a vraiment essuyé les plâtres, regrette-t-il. On est des novices pour le petit éolien. Ici, la production est en dent de scie et le coût d’entretien de la machine est élevé ». Seraient-ils prêts à retenter l’expérience ? « Je suis pour que l’éolien continue. Il faut améliorer les techniques et aussi développer d’autres sources d’énergie. On est en contact avec des gens qui ont la même installation que nous et chez qui ça fonctionne très bien, parce qu’ils sont mieux situés. J’ai peut-être eu tort de ne pas avoir fait faire toutes les études d’implantation… Peu importe. Je la voulais, cette éolienne ! »
« Certaines personnes qui passent et voient l’éolienne nous demandent ‘ça vous rapporte ?’ », fait remarquer Patricia Garde, surprise et presque choquée par la question. « Ils ont en tête le photovoltaïque, complète son mari. Pour beaucoup, c’est comme un placement. En cinq ans, on peut récupérer sa mise. Pour nous, le calcul n’est pas aussi simple. Si l’éolienne n’a pas de panne, on n’aura aucun retour avant quinze ans. »
Chez les Garde, l’éolienne ne sera sans doute jamais rentable, mais elle n’a pas été posée dans cet objectif.  « J’aime bien quand je me lève le matin et que je la vois démarrer, confie Patricia Garde. On vit avec l’éolienne. Quand elle tourne bien, on se dépêche de brancher les machines qui consomment le plus. On essaye de s’adapter à sa production. »

à La démarche citoyenne de la famille Garde pour produire son électricité n’est pas simple et il faut être plutôt motivé pour en supporter l’investissement. D’autres exemples sont nombreux, où le manque de rentabilité des projets en rebuterait plus d’un. Faute de vent, la plupart du temps : la hauteur des mâts à 12 mètres, bridée à tort ou à raison par l’obligation du permis de construire, ne permet pas un plein rendement des petites machines.
En outre, la démarche individuelle pour l’installation d’une éolienne demeure complexe. Aux questions d’ordre technique (évaluer le gisement de vent, choisir la machine adaptée à sa situation, analyser les possibilités de raccord au réseau ERDF…), s’ajoutent les démarches administratives (moult étapes qui concernent le permis de construire, si nécessaire, et le raccordement au réseau).
Rien d’étonnant à ce que le petit éolien n’ait pas connu l’essor du grand éolien, sur lequel s’appuie le plan de développement des énergies renouvelables hérité du Grenelle. Pourtant, le petit, à coté du grand, pourrait avoir sa place. Le citoyen est demandeur. Si les pouvoirs publics font en sorte de simplifier les démarches pour le petit éolien, gageons qu’à l’avenir les choses changeront. D’une part, parce que, en augmentant le nombre de machines installées, les coûts d’investissement pourront baisser. D’autre part, parce que le prix du kWh ne devrait pas cesser de croître, rendant ainsi plus rentable une installation et plus pertinent le choix de l’autoconsommation.
L. Rouette


Commentaires   

0 #1 fournand 29-03-2015 21:36
De la part des 3 dames qui ont fait une halte chez vous, l'arrêt valait le détour, merci pour votre accueil chaleureux et pour tout ce que vous avez partagé avec nous pendant cette soirée.
Bon courage à vous deux, le soleil va briller ....... c'est bon pour le moral
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

rapport eolienneRapport d'enquête publique
Projet de parc éolien des Ailes de Taillard
sur les communes de
Burdignes et Saint-Sauveur-en-Rue
C'est ici ! (pdf)

 

 

  DU VENT SUR LES CRÊTS
Dans la problématique du changement climatique annoncé, les pouvoirs publics misent sur une part grandissante d’électricité d’origine renouvelable ... 
   UNE ÉOLIENNE PARMI LES CHÈVRES
La ferme de Christian et Patricia Garde est située sur les hauteurs de Condrieu et, si les gens s’arrêtent devant leur exploitation,...
  L'ÉOLIEN OUVERT À LA PARTICIPATION CITOYENNE
Tout commence en 2009, lorsque la communauté de communes des Monts du Pilat décide de lancer une étude pour une ZDE sur le site de la forêt de Taillard...
   LES ENJEUX DE L'ÉOLIEN À L'ÉCHELLE DES PARCS NATURELS RÉGIONAUX
Les collectivités locales sont très sollicitées car elles sont les seules à pouvoir engager un processus de classement en Zone de Développement Éolien ...

Des TAP à Chuyer pour s'initier à la réalisation de film d'animation
On voit tout sur télé d'ici !

Conférence articulée : La gouvernance participative
On voit tout sur télé d'ici !

monaieloc avis

LIGHT PAINTING