MILLE REGARDS SUR L'EAU DU PILAT

pont des granges

Pont des Granges, commune de Saint-Maurice-sur-Dargoire

Depuis l’antiquité et particulièrement depuis Hippocrate, les hommes savaient qu’une eau potable était une eau limpide, sans odeur, ni saveur et fraîche en été.
Ainsi, lorsque les Romains, quelque temps après la création de Lugdunum, envisagèrent d’avoir de l’eau sur les hauteurs de la cité, ils gravirent la colline de Fourvière. En se mettant sur la pointe des pieds, ils aperçurent, en direction du sud, le Mont Pilat.
Ils sortirent leurs chorobates (le laser n’était pas encore bien au point), leurs pics, leurs pelles et leurs pioches et décidèrent de capter les eaux du Gier au-dessus d’Izieux, juste après sa sortie du parc (bien qu’à l’époque, ils n’en connaissaient pas encore les limites).
Puis ils construisirent le plus long des aqueducs qui alimentaient Lyon.
La construction de l’aqueduc du Gier, avec ses 86 kilomètres, ses 11 tunnels, ses 4 siphons, ses mille regards, sa pente moyenne de 1 mm par mètre et ses 250 ouvrages, dont plus de 130 sont encore visibles, était vraiment un travail de Romains.
L’eau « douce » du Pilat était certainement une aubaine pour le service d’entretien du canal. De nombreux aqueducs véhiculaient des eaux « dures » ; ainsi, au fil du temps, le canal était obstrué par des dépôts de calcaire.
Pas l’aqueduc du Gier.

Jëf

 

 

LEXIQUE et SOURCES DU DOSSIER EAU

 

 

 

TOUS LES ARTICLES DU DOSSIER EAU :

 

 

 

L'EAU QUI COULE DES ROBINETS DU PILAT

 

PEUT-ON AVOIR CONFIANCE DANS L'EAU DU ROBINET ?

 

LES ACTEURS DE L'EAU : DES ACTIONS PUBLIQUES, PRIVÉES ET CITOYENNES

 

LES CONFLITS DE L'EAU POTABLE

 

LA FACTURE AU SERVICE DE L'EAU

 

GESTION DE L'EAU : RÉGIE PUBLIQUE CONTRE DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

 

PRÉSERVER L'EAU

 

VAYRANA : QUAND TU BOIS DE L'EAU, PENSE À LA SOURCE

 

MILLE REGARDS SUR L'EAU DU PILAT 

 

LEXIQUE et SOURCES DU DOSSIER EAU

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir