CES PRÉCIEUX ARBUSTES MÉCONNUS
Dans la forêt, comme dans une population, la diversité n’est pas que pour faire joli !
C’est un juste équilibre et un apport entre les essences.

arbustesIl en va ainsi pour quelques espèces peu appréciées et pourtant indispensables :
L’Aubépine (Crataegus monogyna), arbre du tertiaire, se présente sous la forme d’un buisson ou d’un arbre épanoui. Elle ne se laisse ni parasiter ni envahir mais sait trouver son espace de développement sans avoir à lutter ni à se défendre. Arbre de l’adaptation, c’est un remède d’amour qui protège les systèmes cardiovasculaire et nerveux. (illustration ci contre)
L’Églantier (Rosa canina), lui, pousse à la lisière des forêts ; c’est aussi un protecteur. Ses baies appelées cynorhodons (gratte-cul) persistent tout l’hiver et sont 20 fois supérieures en vitamine C que les agrumes ! En différentes préparations, il est le protecteur des voies ORL, tel un rempart de notre identité.
Quant au Noisetier (Corylus avellana), il vit à l’ombre des grands arbres, en lisière ou dans les haies. Il fait de nombreux rejets chaque année, appelés aussi coudriers avec lesquels on fabrique les baguettes de sourcier. À l’image de son fruit, la noisette en forme de cœur, il symbolise l’amour et la concorde entre les hommes (et les arbres).
Enfin, le Roncier (Rubus caesius), très abondant dans les coupes forestières, est un « producteur de vie ». Il répare le terrain et favorise une aération du sous-sol, permettant ainsi une protection infaillible des jeunes arbres. Comme pour la terre, il a pour l’homme des propriétés d’oxygénation des tissus.
è Carole

Des TAP à Chuyer pour s'initier à la réalisation de film d'animation
On voit tout sur télé d'ici !

Conférence articulée : La gouvernance participative
On voit tout sur télé d'ici !

monaieloc avis