STOP !
Ça brûle  pour la forêt à Gardanne

eon-wald-cevennesL’entreprise allemande E.On, 3e groupe mondial de distribution d’énergie, installée à Gardanne (Bouches-du-Rhône), menace les forêts jusque dans le Pilat.

Sous le coup des nouvelles lois environnementales, la centrale à charbon de Gardanne, gérée par E.On, devait mettre la clé sous la porte. En proposant de transformer sa quatrième tranche en centrale électrique à bois, E.On réalise un fameux coup de poker : le projet a été accepté et doté de 15 milliards d’euros de subventions sur 20 ans : l’heure est aux énergies renouvelables… et subventionnées.
Cette mégacentrale brûlera essentiellement des arbres feuillus (plus performants) déchiquetés et de la biomasse de récupération pour en faire de l’électricité sans cogénération. Ainsi, 900 000 tonnes de bois seront brûlées par an : importées pour moitié du Canada et d’Ukraine et, pour l’autre moitié, coupées dans un rayon de 400 km autour de Gardanne. Le rendement réel sera inférieur à 30 % : plus de 2 arbres sur 3 chaufferont le ciel et les oiseaux.
Les coupes et importations ont commencé, les premiers essais ont été réalisés.

Les conséquences sont inimaginables et planétaires.
Des conséquences écologiques, tout d’abord, car les coupes rases entraîneront la destruction de tous les écosystèmes forestiers : châtaigneraie des Cévennes, hêtraie de la montagne de Lure, forêt boréale… mais aussi des pollutions diverses : 700 camions par jour ; des paysages, des routes et des chemins dévastés… ainsi qu’un rejet massif de CO2, principal gaz à effet de serre.

Des conséquences sanitaires, également, avec le rejet de dioxines, de substances cancérigènes et de perturbateurs endocriniens, la production de poussières et de microparticules de bois cancérigènes et allergisantes ainsi que le rejet de gaz nocifs et des nuisances sonores.

Des conséquences sociales, enfin, car seulement 70 emplois seront maintenus. Sans oublier la destruction des filières bois locales, l’effet inflationniste sur la matière première bois et, comble de l’ironie, le détournement de l’argent public par le biais de subventions.

En Europe, de telles mégacentrales existent. Obligées aux importations massives, elles condamnent les forêts boréales. Or ces dernières sont des puits de carbone. Le CO2 va être libéré dans l’atmosphère avec des conséquences climatiques planétaires désastreuses. On prévoit le renouvellement des forêts avec des espèces à croissance rapide (eucalyptus et peupliers OGM) mais qui ne fixeront jamais autant de carbone que les forêts détruites et utiliseront beaucoup d’eau et d’intrants chimiques…

La forêt est un trésor, il va falloir se battre pour la garder ? !
 Annick

+ d’infos : collectif SOS-Forêts-du-Sud

et http://www.reporterre.net/La-centrale-a-biomasse-de-Gardanne

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir