PROTÉGER L'ENVIRONNEMENT DANS LE PILAT

protéger yi

De nombreux habitants du Pilat s’indignent de voir leurs routes et leurs chemins être le terrain de jeu favori des pratiquants de loisirs motorisés.
Le fait que ce territoire soit un parc naturel régional accentue légitimement leur indignation.
Même s’il est exclu de concevoir le Parc comme un espace musée, il est bon de rappeler qu’il s’organise autour d’un projet concerté fondé sur la protection de son patrimoine naturel et culturel.
Il importe de préserver de larges espaces de Nature où il est possible de se ressourcer, d’apprécier les senteurs, le calme, la beauté de la flore, de la faune et des paysages.
SOS Chemins du Pilat est un collectif regroupant des citoyens, des associations locales (certaines affiliées à des fédérations nationales) et des acteurs territoriaux élus qui ont décidé d’agir en faveur de la maîtrise des loisirs motorisés dans les espaces naturels.
Ce collectif appelle les pratiquants de loisirs motorisés à reconnaître et à prendre en compte dans leurs pratiques la réalité des nuisances particulières qu’elles engendrent : dégradation des chemins, bruit, pollution aérienne, destruction de la flore et de la faune par les pratiques hors pistes…
Au moment où les énergies fossiles se raréfient, où le réchauffement climatique est dans tous les esprits, ces pratiques apparaissent de plus en plus contestables.
Selon un sondage réalisé par l’institut CSA pour la FNE (6 août 2009), 83 % des Français considèrent que les loisirs motorisés doivent se pratiquer dans des zones délimitées et sécurisées.
Les adeptes des loisirs motorisés, inquiets de voir leurs activités contestées et limitées, exercent, par l’intermédiaire de leurs associations, de fortes pressions et un lobbying permanent auprès des politiques, des élus des communes et des responsables du PNRP.
SOS Chemins du Pilat demande que la loi Lalonde soit scrupuleusement respectée et que les pouvoirs publics chargés de son application effectuent des contrôles plus fréquents et publient les statistiques des infractions constatées. Qu’une information massive soit effectuée auprès des pratiquants.
Le collectif appelle les municipalités à protéger leur patrimoine vicinal et la tranquillité publique de leurs administrés en prenant les arrêtés nécessaires pour fermer des chemins à la circulation des véhicules de loisirs motorisés conformément à la loi.

Le collectif
SOS Chemins du Pilat
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires   

-1 #1 Bouza Camile 10-06-2014 15:42
Bonjour,

il me semble que face à cette situation, la seule solution soit la création de "Zones de Silence" ou de réserve biologique. Surtout lorsque l'on prend conscience des problèmes de pollution, de la disparition des abeilles,etc..... comme cela existe depuis longtemps dans certaine région:"... la Grande Chartreuse est célèbre..Elle attire tout spécialement un public citadin en provenance de Lyon, Grenoble, Chambéry.Afin de protéger ce massif exceptionnel, une réserve biologique de 165 hectares y a été créé en 1998 par l'ONF.Nous travaillons aussi à sa protection, avec la création en 1998 d'une réserve biologique de 165 ha, où vivent des coqs de bruyère. Une « zone de silence » de 800 ha a même été établie par arrêté préfectoral le 8 juillet 1975, autour du monastère des Chartreux." Le Parc du Pilat pourrait s'inscrire dans une même démarche. Le bruit, la motorisation, font déjà suffisamment partie de nos vies, pour envisager une autre qualité de vie où pourrait se développer une économie qui serait un peu le contraire ou le point d'équilibre à notre société. Un musée est aussi une économie! Faut-il lui donner une dynamique.Quant à la liberté de chacun qui consiste à affirmer ses besoins et ses désirs ...je serais bien curieux de connaître la réaction des citadins si l'on déposait en ville quelques tas de fumier.
Bien cordialement.
Camile BOUZA
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des TAP à Chuyer pour s'initier à la réalisation de film d'animation
On voit tout sur télé d'ici !

Conférence articulée : La gouvernance participative
On voit tout sur télé d'ici !

monaieloc avis

LIGHT PAINTING