LE PILAT SOLIDAIRE
Être solidaire, c’est se sentir lié par une responsabilité et des intérêts communs. Entraide, coopération, assistance… sont l’expression d’un « vivre ensemble » qui trouve son application dans nombre de thématiques — sociale, économique, culturelle, environnementale… — et dont le point central est l’Homme.

Ouvrons, pour commencer ce dossier, le volet économique de la solidarité, avec cette appellation qui revient souvent dans les médias : l’économie sociale et solidaire. C’est-à-dire ? Ce sont des entreprises qui mettent l’économie au service d’un projet de société et qui adoptent des modes de gestion démocratiques et participatifs. Elles encadrent strictement l’utilisation des bénéfices qu’elles réalisent : le profit individuel est proscrit et les résultats sont réinvestis. Quels sont les atouts pour le Pilat d’une telle économie ?

pilatsolidaire1er atout pour le Pilat : L’Ancrage local
Créées par des acteurs locaux, les structures de l’économie sociale et solidaire répondent à des besoins du territoire. L’encadrement de la prise de capital et le principe démocratique les rendent moins vulnérables face à une prise de pouvoir extérieure. Elles seront moins sujettes aux délocalisations et toutes les retombées économiques sont locales. 
La Stabilité et la pérennité
Les réserves impartageables et leur gestion désintéressée favorisent des stratégies de long terme, ce qui en fait des entreprises plus solides.
De même, la transmission de l’activité peut être facilitée : le renouvellement des membres/sociétaires permet une inscription dans la durée de l’activité sans problématique de transmission du capital.
L’Innovation
Les structures relevant de l’économie sociale et solidaire sont adaptées pour expérimenter de nouvelles solutions et être porteuses d’innovations sociales.
L’Utilité sociale
Ces structures apportent une forme de solidarité et de lien social sur le territoire. Elles intègrent dans leurs décisions différents intérêts, notamment ceux des salariés. Elles sont de ce fait plus susceptibles d’être « socialement responsables ».

 

Les chiffres de l’économie sociale et solidaire dans le Pilat

ecochiffre02

ecochiffre01Un état des lieux, établi en 2011 par le Parc naturel régional du Pilat, nous informe que 600 structures relèvent de l’ESS. Elles font travailler 1 266 personnes, soit 10 % de l’emploi total sur le Pilat.

On note l’importance du secteur médico-social dans la part des emplois de l’ESS (58 %). On trouve ainsi les ADMR, les foyers de l’ADAPEI, maison de retraite associative, etc. Si les activités sportives, culturelles et de loisirs concernent de nombreuses structures (60 %), elles sont en revanche peu pourvoyeuses d’emploi (12 %) car souvent fondées sur le bénévolat.

Les autres secteurs d’activité sont l’enseignement (Maison familiale et rurale de Marlhes), la restauration (les cantines scolaires associatives), le service aux entreprises (SOS petits boulots de Saint-Paul), l’agriculture (coopératives, Amap...), l’hébergement et la restauration (Chalet des Alpes au Bessat...) et enfin les finances (les Cigales...).

 

11 240La mise à jour du site se fera courrant cet été.

D'ici là, l'ensemble du dossier se trouve sur le magazine et donc sur ce pdf

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des TAP à Chuyer pour s'initier à la réalisation de film d'animation
On voit tout sur télé d'ici !

Conférence articulée : La gouvernance participative
On voit tout sur télé d'ici !

monaieloc avis