PAROLES D'ÉLUS, des interviews au coeur du Parc

comite syndicalmicro

Depuis plusieurs jours, des contributeurs travaillent sur le dossier du numéro 8 que vous tenez aujourd’hui en main. Pour ma part, je vais assister aux élections de la présidence et du bureau du Parc. J’ai avec moi le petit enregistreur de l’association les4versants pour chercher à mon tour un peu de matière...

Ce 11 juin 2014, l’assemblée s’est réunie à 18 heures à la maison du Parc située à Pélussin. La bâtisse est toujours en chantier. Le remue-ménage que cela provoque donne envie de remonter les manches. On le voit à l’attention que portent les délégués aux présentations des différentes missions du personnel du Parc.
vote 236Comme trois autres personnes dans cette salle, je suis un citoyen observateur. J’ai le droit d’être ici comme toute personne représentée par un délégué. De la même façon, on peut assister à son conseil municipal ou à toute autre assemblée plénière de sa collectivité. Ce que n’a pas le droit de faire le citoyen observateur, c’est prendre la parole: c’est normal, son délégué est là pour ça.

Dehors, le soleil de ce mi-juin tape fort. Dedans, il fait encore plus chaud car ce sont plus de 80 radiateurs humains qui occupent les chaises d’une salle aménagée pour l’occasion. L’instant est solennel : le côté procédural des élections, ces appels un par un à venir mettre le bulletin dans l’urne y contribue.

Comme beaucoup dans cette salle, je ressens les enjeux et, comme beaucoup, je n’ai pas encore les clefs pour les comprendre…

À l’issue des dépouillements, madame Michèle Pérez est réélue présidente. Un bureau est élu à l’image de l’assemblée : 50% sont des nouveaux venus. Ensuite, c’est l’instant convivial autour des produits locaux. On se présente, on échange.
C’est le moment d’en savoir plus ! Je sors mon micro…


Les intervenants :

Mme Anne Drouin, déléguée de Marlhes, 3e mandat
Mme Martine Mazoyer Gorand, déléguée suppléante de Véranne, 1er mandat
M. Michel Bastien, délégué de Jonzieux, 1er mandat
M. Jean Gilbert, délégué du conseil général de la Loire (canton de Saint-Genest),  2e mandat
M. Denis Choron, délégué de Saint-Appolinard, 1er mandat
M. Stéphane Mascunan, délégué suppléant de Bourg-Argental,  1er mandat
M. Marc Lassablière, délégué du conseil général de la Loire (canton de Saint-Chamond), 2e mandat
M. Pierre Schmelzle, délégué de Saint-Julien-Molin-Molette, 2e mandat
Mme Michèle Pérez, déléguée de Roizet, présidente du parc, 2e mandat

Pourquoi s’investir comme délégué au Parc ?

 « J’ai postulé à cette charge car je voulais continuer à représenter le Pilat au conseil général.
Le Parc est la plus ancienne intercommunalité du territoire. C’est un formidable lieu de coopération entre les communes, un formidable laboratoire pour réfléchir et intégrer les notions de développement durable et de protection de l’environnement dans nos politiques locales. Le parc nous permet d’avancer. » Jean Gilbert

infos 236« Cela me semble logique de m’impliquer dans une démarche éco citoyenne et aussi de savoir comment fonctionne cette entité du Parc. On est à une époque où, du point de vue environnemental, il faut vraiment se poser les bonnes questions et essayer de faire avancer même des petits projets, mettre en avant des actions du quotidien qui peuvent avoir un impact. On peut tous faire quelque chose, même très modestement. » Stéphane Mascunan

« Je veux représenter ma commune, leur rendre des comptes sur ce qui se dit au Parc. Le Parc, dans les conseils municipaux, est souvent dénigré, peu compris. Il faut entendre ce qui se dit ici, ce qui se met en place et pourquoi ça prend parfois beaucoup de temps. Le parc est là et il est un atout. Même s’il n’a pas que des qualités il faut d’abord essayer de comprendre. C’est pourquoi je suis là. » Denis Choron

« Le Parc est avant tout la rencontre entre plusieurs territoires, peu éloignés mais extrêmement différents ; en tant qu’élus on a beaucoup d’idées à piocher chez les uns et les autres : le Parc est le lieu idéal pour ça. »  Anne Drouin

« Nous avons au Parc une ouverture beaucoup plus large que dans les communautés de communes. J’aimerais qu’on parvienne à mettre en place un modèle économique plus centré sur nos spécificités et j’espère que le Parc nous aidera dans cette démarche. » Pierre Schmelzle

 La charte du Parc ?

« Je n’ai pas encore lu cette fameuse charte dont certains disent qu’elle est un peu indigeste… Mais je me suis engagé avec l’idée que les petites gouttes font les grandes rivières, que nous pouvons avancer.  On peut toujours critiquer le Parc mais je pense que c’est un bel outil et il ne tient qu’à nous de nous l’approprier. » Stéphane Mascunan

charte 2025 286« La charte donne des objectifs mais n’impose pas de règles, on ne peut pas être que dans des lieux de contrainte. La capacité à innover, à inventer passe par des lieux de liberté, de coopération au sein desquels il faut s’entendre. » Jean Gilbert

« L’effort pour mettre en place la nouvelle charte, autant pour les équipes du Parc que pour les élus a été colossal. Nous avons dû rencontrer tous les élus, négocier chaque article, réécrire, pour  aboutir à un document de 200 pages. Ce fut un chantier énorme ! Pour la rédaction de la charte, il faut anticiper, le Parc c’est un bouillonnement d’idées, il faut aussi sentir le vent, quelles vont être les points stratégiques sur ce territoire et il faut le valoriser pour faire en sorte que les habitants y soient bien. » Michèle Pérez

« La charte du PNR est essentielle. Je l’ai lue, c’est le document de référence indispensable. Par exemple, nous travaillons à Véranne à la rédaction d’un nouveau plan local d’urbanisme : il faut connaître la charte pour savoir comment l’appliquer.» Martine Mazoyer Gorand

La place du Parc dans la prochaine réforme ?

«Dans le projet de réorganisation territoriale, je n’ai aucune inquiétude pour l’avenir du Parc qui a une place très importante dans la valorisation du territoire. » Marc Lassablière

millefeuille pt« Le Parc est un lieu d’innovation et de réflexion, il n’a pas forcément besoin de pouvoir. Il faut veiller à un consensus qui doit être bénéfique à tous. Ce qui compte c’est la volonté des élus. » Anne Drouin

« L’objectif du Parc est de fédérer. Si, à l’avenir, une nouvelle structure réunit l’ensemble du territoire, il faudra réfléchir à la position du Parc. Une intercommunalité est chargée de l’opérationnel : construire des crèches, gérer les déchets, etc. Tout ce qui concerne les investissements. Alors que le Parc doit animer des projets innovants, être médiateur pour trouver des financements. On ne doit pas mélanger les genres et ne pas faire tout en un seul lieu, il n’est pas souhaitable que le Parc devienne une super intercommunalité. Mais, dans des périodes de disette financière, cela mérite réflexion. » Jean Gilbert

Propos recueillis par phch.
Cliquez sur les images pour les voir en plus grandes.

Tous les articles du dossier :
VOUS AVEZ DIT PARC ?
LES COLLECTIVITÉS QUI FONT LE PARC

AU LIVRE DU PARC...
40 ANS, 3 PRÉSIDENTS

LA CHARTE DU PARC : UN GUIDE
PAROLES D'ÉLUS

LE RESSENTI DE SES HABITANTS

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir