L'ENJEU ÉNERGÉTIQUE

enjueenergie

La réhabilitation des anciennes maisons ou appartements calme la pression foncière...

Mais comme il n’y a pas d’exigence de réglementation pour le bâti ancien (contrairement au neuf qui est soumis à la norme RT2012), la rénovation représente un enjeu énergétique capital pour l’avenir. Le cas de l’auto réhabilitation, qui permet d’accéder plus largement à la propriété en faisant soi-même, pose le problème de la qualité des rénovations.
À visiter pour s’informer : le centre de ressource à la maison du Parc.
Il a été conçu pour répondre aux questions des particuliers grâce aux permanences des architectes du parc et des centres info énergie. Il est aussi une zone d’exposition des possibilités techniques pour la construction et la rénovation.
Un Territoire à Énergie Positive : le programme TEPOS
En France, le bâtiment est le 2e producteur de gaz à effet de serre, juste derrière le transport. Les élus au Parc du Pilat ont fixé comme objectif de réduire de 50 % les consommations énergétiques des bâtiments d’ici 2050. La rénovation de l’existant est la priorité : 75 % des logements datent d’avant 1990, dont la moitié est antérieure à 1946. C’est donc un gros chantier en perspective qui concernera l’amélioration de l’isolation et des systèmes de chauffage. è

Rénover ? Une aventure !
C’est l’histoire d’un mec…
Mais il n’est pas sur le pont de l’Alma… il vient de tomber amoureux de quelques murs en pierre posés au soleil sous la neige, dans un joli coin du Pilat.
Jusqu’ici tout va bien. Là où ça se complique, c’est qu’avec sa compagne ils veulent faire de cette ancienne ferme leur maison. Et qu’ils ne vont pas vivre dans une seule pièce avec les animaux en dessous, mais qu’ils souhaitent une vie moderne dans une maison ancienne. Et un lieu de vie confortable et économe en plus !
Alors, il se renseigne. Sur internet, mais aussi dans de vrais livres écrits par des gens spécialisés sur la question et qui savent vraiment de quoi ils parlent. Et puis bien sûr il rencontre des gens, il échange avec eux, il se forme. Plus il avance, plus ça se complique en terme de choix des matériaux et d’épaisseurs d’isolants, de questions de ponts thermiques et d’étanchéité à l’air ou encore de migration de vapeur d’eau. Sans parler du chauffage, de la ventilation, de l’eau chaude…
Mais il aime ça alors il s’accroche. Plus il creuse et comprend ces questions, plus il se rend compte de l’écart entre ce qu’il faudrait faire et ce qui se fait en général… On lui a même soutenu que les murs en pierre épais ça isole, c’est dire ! Alors que lui sait désormais que pour isoler autant -ou plutôt aussi peu- que 4 cm d’un isolant de base il faudrait un mur de granit de 5 m d’épaisseur !
Quand il parle de traiter les ponts thermiques, de matériaux naturels, d’étanchéité à l’air, de remontées capillaires, le monde se sépare en deux ! D’un côté, ceux pour qui c’est du folklore écolo/bobo, de l’autre côté ceux pour qui rénover du bâti ancien (pierre, pisé…) de manière efficace et durable nécessite de prendre en compte ces éléments.
Un autre point, qu’il a du mal à comprendre, c’est : pourquoi, quand on rénove une maison, on ferait moins bien que dans du neuf ? L’utilisation sera la même dans les 30 prochaines années ou plus. Bien souvent, il y aura un crédit important à rembourser dans les deux cas… Non, vraiment, il ne comprend pas pourquoi quand on pose un isolant contre un mur ancien on en mettrait moins que contre un mur qui vient d’être construit. Et pourtant, aujourd’hui encore la pratique continue et le mystère demeure !
Après quelques années, arrivé au terme de son aventure, il sait enfin pourquoi le chemin a été si chaotique. L’efficacité énergétique en rénovation, et encore plus dans le bâti ancien, c’est nouveau et c’est compliqué ! La plupart des acteurs professionnels n’ont pas été formés à ça et, contrairement au neuf, il n’y a pas ou presque d’obligation. Donc chacun fait comme il veut, comme il peut, ou comme il le fait depuis 20 ou 30 ans…   
Heureusement pour ceux qui voudraient bien faire il y a de l’espoir ! De plus en plus de professionnels et de structures spécialisés sur ces questions peuvent les aider, depuis des conseils les plus basiques jusqu’à un accompagnement plus poussé, voire à la prise en charge complète du projet. Et bien sûr, il y a aussi la formation, les livres, les rencontres avec les passionnés de plus en plus nombreux. Là aussi la transition est en marche !
Bertrand Frezet

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir