SE RAPPROCHER DES CENTRES URBAINS
OU CRÉER UN ESPACE RURAL FORT ET ATTRACTIF ?

territoire

Nous vivons depuis peu dans une nouvelle région : Auvergne Rhône Alpes. Si l’on se réfère aux dernières élections des conseillers départementaux, là aussi un nouveau super canton a fait son apparition : le canton du Pilat. Celui-ci regroupe toutes les communes 42 du Pilat et il ne manquait plus qu’un ralliement avec celles du 69 pour avoir un territoire Pilat directement issu des urnes. Ce canton est voué à disparaitre avec la fin des départements d’ici 2020. Les compétences des départements vont donc être redistribuées, et c’est une des raisons pour laquelle l’État souhaite la mise en place de plus grosses communautés de communes (les EPCI *). Certains se plaisaient à imaginer qu’avec cette réforme un établissement public avec des super pouvoirs pourrait naître, unifier notre massif, profiter de ses spécificités pour en faire un territoire plus performant et encore plus attractif. Aujourd’hui, l’heure semble plus à l’éclatement qu’à l’union.
Début octobre 2015, les préfets des départements remettent à toutes les communautés de communes leur plan de découpage, appelé schéma départemental de coopération intercommunale.
Dans la Loire, les communes ont jusqu’à fin décembre pour faire connaitre leur position. Ensuite, place à la négociation. Fin mars, le préfet prendra un arrêté préfectoral sur les grandes lignes du redécoupage des communautés de communes. Les communes auront jusqu’au 15 décembre 2016 pour peaufiner le redécoupage, date à laquelle le préfet prendra un arrêt définitif.
Beaucoup d’élus sont mécontents, car il reste vraiment peu de temps pour penser aux différents cas de figure possibles, ouvrir les négociations intercommunales et inter EPCI  voisines, pour ensuite mettre en place un territoire qui accompagnera l’avenir des habitants.
Comment cela se présente-t-il dans le Pilat ?
Côté Communauté de Communes du Pilat Rhodanien, rien ne bouge. On avait pourtant envisagé, il y a une année, un rapprochement avec Bourg-ArgentaL. Alors que partout ailleurs, on assiste à des propositions de rapprochement, d’agrandissement, pour le Pilat Rhodanien, dans le projet préfectoral, étrangement c’est le statu quo.
Pour les Monts du Pilat, c’est la dislocation. Cette jeune communauté de commune qui a su rapidement mettre en place des services intercommunaux performants risque d’être séparée en deux. Sur le plateau de Saint-Genest-Malifaux, les communes seraient ralliées à Saint Etienne Métropole. Les coteaux de Bourg-Argental se fonderaient avec la Communauté de communes d’Annonay.
Levée de bouclier des élus dès début octobre**. Conscientes néanmoins de la nécessité de créer un pôle rural fort à côté des grandes agglomérations voisines, les communes des Monts du Pilat restent ouvertes à un élargissement et les regards se tournent vers les voisins (Pilat Rhodanien, Loire Semène, Saint Etienne Métropole, Annonay Agglo). Mais un élément fait l’unanimité : de part et d’autre du col de la République on reste unis, pas de scission des Monts du Pilat. Les dossiers sont aujourd’hui sur la table***.
Côté Gier, les communes sont déjà dans l’escarcelle de Saint Etienne Métropole, qui d’ailleurs n’est pas encore administrativement une métropole aujourd’hui et qui, pour le devenir, cherche à s’agrandir : Saint-Etienne n’est pas prête à lâcher le versant Gier.
Enfin, les plateaux agricoles et les célèbres coteaux du nord-est du Pilat aiguisent les envies. La Communauté de Commune de la région de Condrieu (69) se ferait avaler par Vienn’Agglo (38). Le préfet de l’Isère fait cette proposition, mais rien n’est joué. Même si les rapports entre les deux rives du Rhône sont excellents, pour les responsables de la communauté de commune de Condrieu il n’est pas question de fusion avec la ville romaine. Ancrés sur le massif du Pilat, les élus préfèreraient s’allier avec le Pilat Rhodanien et Vivarhône, les deux Communautés de communes voisines qui prolongent les coteaux de Condrieu. La Commission Départementale de Coopération Intercommunale du Rhône leur donne raison et préconise au préalable que « la Communauté de Communes Région de Condrieu puisse se projeter dans l’avenir pour élaborer le meilleur scénario de regroupement possible. » ****
Vu la tournure des événements, le rapprochement des trois Communautés de communes du Pilat ne semble pas absurde. Entre les Monts du Pilat et la région de Condrieu, le Pilat Rhodanien restera-t-il immobile ? Se contentera-t-il de rester à sa petite taille au risque d’en pâtir à l’avenir ? Ces trois communautés de communes qui partagent déjà un territoire feront-elles le choix d’une grande et forte ruralité plutôt que s’inféoder chacune à des centres urbains ? L’avenir proche nous le dira...
Philippe Chételat
* Etablissements publics de coopération intercommunale
** Compte rendu du conseil communautaire du 8 octobre (voir site de la CC des Monts du Pilat http://www.cc-montsdupilat.fr/article/les-compte-rendus-en-ligne ).
*** Conseil municipal du 11 déc. (voir site de la commune de Saint-Genest http://www.st-genest-malifaux.fr/mairie23.htm).
**** Voir www.rhone.gouv.fr

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir